Connect with us

Bonne gouvernance : Une porte de sortie pour la Guinée d’après Ebola

Publié

Le

Les économistes des institutions de la banque mondiale et du FMI viennent de tirer sur la sonnette d’alarme quant à la récession et l’inflation Qui guète les pays victimes du virus Ebola. « Une bonne politique économique pour la Guinée, c’est à la fois la bonne gouvernance économique, un développement équilibré de toutes les régions du pays, une restructuration des services publics essentiels et la relance du secteur privé, créateur de richesses et emplois ». Voici en peu de mot la solution de sortie de crise proposée par le président de l’UFR, Sidya Touré.
A l’entame de cet entretient, le porte fanion de l’Union des Forces Républicaines (UFR) a définit la bonne gouvernance  comme étant une politique budgétaire saine et rigoureuse basée sur la diversification de nos ressources budgétaires, la rationalisation de nos dépenses publiques et un système de contrôle effectif de ces dépenses par le parlement. Selon lui, cela permet de maîtriser le déséquilibre budgétaire ce qui induit la croissance de l’épargne intérieure en réduisant ainsi notre dépendance vis à vis de l’aide étrangère.

Le président de L’UFR déclare que sa formation mesure à sa juste portée l’apport vital des concours financiers en provenance de l’extérieur pour une économie guinéenne vulnérable et en crise.

« Actuellement, les relations entre la Guinée et la communauté des bailleurs de fonds se sont fortement dégradées faute de persévérance et d’internalisation des objectifs de réformes et de politique économique dont les performances sont restées depuis 1986 en dents de scie à l’exception d’une courte période durant laquelle, notre pays a fait l’expérience brève mais enrichissante, qui a montré que le niveau des apports extérieurs dépend de la qualité de la gouvernance économique, la transparence et l’efficacité dans la gestion des affaires publiques » dixit Sidya Touré.
« L’UFR entend œuvrer à la normalisation de nos relations avec les institutions multilatérales et bilatérales de financement pour amorcer une stabilisation sans laquelle la croissance durable capable de faire reculer la pauvreté sera hors de portée. Cette normalisation nous semble fondamentale en raison des dividendes qui en découlent, notamment l’éligibilité de notre pays aux financements concessionnels et l’annulation d’une portion substantielle de la dette extérieure privilège réservé aux pays qui ont de solides antécédents économiques et financiers…»
La bonne gouvernance économique, explique notre interlocuteur,  c’est aussi une politique monétaire fondée sur la stabilité des prix pour contenir l’inflation à un bas niveau afin de favoriser la stabilité des taux de change. L’adéquation entre les recettes et les dépenses, la stabilité de la monnaie et des prix vont renforcer le processus d’intermédiation financière, créer les conditions d’un système financier fiable. Le développement de ces activités va permettre l’insertion et la professionnalisation des jeunes peu qualifiés dans le monde actif et l’amélioration de la qualité de vie de nos populations.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.