Connect with us

Embargo médiatique contre l’UFDG – Mohamed Camara flingue la presse

Publié

Le

Suite à la mort par balles de notre confrère Elhadj Mohamed Koula DIALLO vendredi 5 février 2016 au siège de l’UFDG, les associations de presse ont pris une batterie de décision à l’encontre de l’UFDG, parmi ces décisions la journée sans presse du mardi 09 février 2016 et l’embargo médiatique à l’encontre de l’UFDG jusqu’à la fin de l’enquête.

La presse a donc décider de ne couvrir aucune activité du principal parti de l’opposition, l’UFDG n’aura pas droit à la parole dans tous les médias concernés.

Cette décision ne fait surtout pas l’unanimité dans la presse privée guinéenne et chez les hommes de loi, intervenu sur les ondes de la radio BTA FM, le juriste Mohamed Camara juge donc cette décision comme une démission de la presse « Moi je pense que la presse s’est laissé manipulé, je suis juriste professionnelle et je ne peux pas me laisser influencer par la passion, et vous (la presse ndlr) c’est juste par passion que vous avez pris ces décisions, c’est déplorable, avant d’ajouter « vous voulez influencer pour lutter contre l’impunité,  mais imposer un embargo contre le principal parti de l’opposition c’est contre productif ».

Le juriste soutient qu’en cas d’instauration d’une dictature la presse se serait rendu coupable de complicité « En cas d’instauration de dictature, vous serez les principaux responsables, car vous vous acharnez tous contre le principal parti de l’opposition, dans l’émission faite à ce sujet par la RTG, tous se sont acharnés contre l’UFDG ».

Mohamed Camara pense encore que les patrons de presse doivent se réunir d’urgence ce vendredi 12 février pour faire un communiqué et revenir à cette décision : « Les patrons de presse doivent se réunir d’urgence ce vendredi pour revenir à cette décision ».

En conclusion l’homme de droit a soutenu que la responsabilité pénale n’est jamais collective « La responsabilité pénale est toujours individuelle et jamais collective, c’est comme si un médecin dit parce qu’il y épidémie ici ou là il ne soigne plus, ou un enseignant dit parce qu’il y a deux canailles dans la classe, il n’enseigne plus cette classe ».

Actualité en Guinée

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.