Connect with us

Guinée : Patrice Sény Camara  » Alpha Condé n’est pas l’interlocuteur de l’opposition  »

Publié

Le

Patrice Sény Camara, membre du COPAM a déclaré mercredi 10 août 2016 que l’opposition ne revendique que des droits. Le Dr. Faya Millimono président du bloc libéral estime que répondre à des partis alimentaires, c’est perdre du temps.

Dans cette déclaration, la COPAM annonce qu’elle n’apprécie pas l’attitude des opposants qui consistent à dire que le Président Alpha Condé doit être le principal interlocuteur. Patrice Sény Camara, membre de la COPAM fait remarquer que l’interlocuteur direct de l’opposition, c’est le Premier ministre qui est le responsable du dialogue politique :

 » Nous avons constaté au niveau de la COPAM avec beaucoup d’indignation le comportement de l’opposition dite républicaine qui continue à croire que le chef de l’État Président de la République est son interlocuteur. Nous, nous disons que son interlocuteur est constitutionnellement le Premier ministre qui est responsable du dialogue politique. Nous ne comprenons pas donc que l’opposition continue à déclarer que c’est en présence d’Alpha Condé que leur marche se fera… »

L’opposition donne l’impression, selon Patrice Sény Camara que s’il faut que le pays avance, il faut que ce soit elle qui gouverne 

 » L’opposition ne se reconnaît aucun devoir, elle ne se reconnaît que des droits. En tout cas cette impression que l’opposition nous donne est que si le pays doit marcher, il faut que ce soit elle qui gouverne. Donc, elle fera mieux d’attendre, de mieux s’organiser pour 2020 parce que en attendant les Guinéens ont choisi une gouvernance qui s’appelle Alpha Condé… »

Dr. Faya Millimono, Président du Bloc Libéral trouve que les déclarations de la COPAM n’ont pas de sens. À son avis, c’est une perte de temps, répondre à cette coordination 

 » Nous avons affaire à des sieurs et dames qui ne comprennent pas comment fonctionne une république. L’opposition républicaine ne peut pas être soumise à répondre à la coalition des partis alimentaires, des partis qui, en réalité, n’existent pas. Lorsque le président de la République est incapable d’assurer le fonctionnement normal des institutions, il doit être interpellé par les citoyens, parmi ceux-ci, il y a l’opposition. Et très honnêtement certaines personnes ne méritent pas de réponse. »

Patrice Sény Camara invite les opposants à aller dialoguer au lieu de dicter des exigences. Dr. Faya Millimono répond que si le gouvernement compte apporter une solution au problème guinéen, il doit définir un cadre de dialogue propice et un ordre de jour consensuel.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.