Connect with us

Guinée : Le Projet Ecoute, une ONG qui joint les actes à la parole

Publié

Le

Le Projet Ecoute  est une organisation non gouvernementale (ONG) dont le but est la prévention des abus sexuels sur les enfants à travers un vaste programme de sensibilisation.

Pour LPE, on peut prévenir l’évitable ! En sensibilisant tout d’abord puis en fournissant des moyens et les outils nécessaires et enfin, en faisant bénéficier les enfants, d’une aide psychologique pour se reconstruire.

Une autre façon de combattre ce fléau, est de donner aux enfants, les moyens de se protéger et d’identifier les abus. Pour ce faire, LPE incite également les parents à entamer une bonne communication avec leurs progénitures. Enseigner aux enfants à dire « Non » fermement à tout contact physique déplacé et gênant s’avère être la mission des parents argue Naïma K. Touré, fondatrice de l’ONG.

La prévention des abus sexuels sur les enfants incombe également aux personnels enseignants. C’est pourquoi l’école ne doit en aucun cas être occultée des stratégies de prévention. Raison pour laquelle, LPE vient de signer un accord responsable avec les directeurs des écoles primaires de Conakry dont Kipé I, Kipé II et Lambagni.

« Est considéré comme enfant : « tout être humain âgé de moins de dix-huit. »

Rendre audible la voix des enfants victimes d’abus sexuels en Guinée tel est le cheval de bataille du Projet Ecoute (LPE). Depuis deux ans, LPE mène des actions de sensibilisation dans la capitale guinéenne. Environ 4000 enfants ont bénéficié des actions du LPE depuis sa création.

le projet ecoute sourire d'enfants

 

Un accord pour quelles actions préventives ?

Sensibiliser pour prévenir à travers deux actions complémentaires :

  • L’édition d’affiches à caractère préventif

L’agrément par les écoles se traduira par la pose d’affiches illustratives sur les murs des écoles. Véritable outil de sensibilisation de masse, sur les affiches figurera des messages d’autoprotection que les enfants devront adopter en cas de risque de violences sexuelles.

  • Les ateliers éducatifs à caractère ludique

Plus de 2000 enfants bénéficieront de l’atelier spécial « règle du maillot de bain ». En quoi consiste-t-il ? La société guinéenne est encore prude d’où l’important de briser certains tabous vis-à-vis du corps dans le but de maximiser l’efficacité des actions. Avec la « règle du maillot de bain », LPE apprend à chaque enfant à connaître les différentes parties de son corps, à les nommer correctement et à dissocier les touchers acceptables des non acceptables. L’objectif est d’amener chaque enfant à s’affirmer en disant NON dans une situation confuse.

 

Vers la création d’une ligne verte « Enfants victimes d’abus sexuels » propre à la Guinée ?

Une stratégie dans la bataille du LPE est la création d’un standard téléphonique, uniquement réservé aux abus sexuels sur enfants. Une telle ligne spécialisée serait un grand bond en avant vers la prévention. Son existence amorcerait un virage dans la prise en charge rapide des victimes.

Pourquoi la Guinée ? Et maintenant ?

Le dysfonctionnement des dispositifs de protection de l’enfant a tiré la sonnette d’alarme.

En effet, le 13 juillet 1990, en ratifiant la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), l’État Guinéen s’est engagé à protéger les enfants de toutes sortes de violence à travers des mesures concrètes visant à leur épanouissement au sein de la société.

Plus de 20 ans après, le constat est affligeant voire consternant. Oubliée et exclue des programmes de développement humain, l’enfance est en danger en Guinée. En dehors du code de l’enfant adopté en 2008, aucun plan d’action au niveau national n’a été initié pour les préserver des violences sexuelles. Dans une indifférence totale, ils continuent de subir des viols, attouchements, exploitations sexuelles à des fins commerciales. Que cela se passe à la maison, à l’école, dans le quartier ou dans la rue, le plus souvent l’agresseur est une connaissance ou un membre de sa propre famille.

Vers une sensibilisation en profondeur de la société ?

Dans une société guinéenne peu sensibilisée aux violences sexuelles et qui de surcroît, considère la parole de l’enfant comme imprécise et susceptible d’influence, comment crédibiliser leur voix ? Peur, mépris, regard dénonciateur des autres, dans tous les cas, les victimes n’osent pas se confier à leurs parents et s’ils le font, ce sont les parents eux-mêmes qui passent sous silence l’acte ignoble. Ce que les familles oublient, sans doute par mégarde, c’est que les abus sexuels sur enfants ont des répercussions profondes et négatives sur leur vie. En effet, un enfant abusé sexuellement encourt le risque de voir son avenir entaché par une perte d’estime de soi, de confiance en soi sans oublier les traumatismes psychiques qui en découleront.

C’est donc dans ce contexte qu’intervient le Projet Ecoute (LPE), non pas pour pallier à l’inefficacité des dispositifs étatiques mais pour apporter un nouveau souffle à la sensibilisation et à la prévention des abus sexuels sur les enfants en Guinée.

Un article de Josette Niankoye

Publicité
1 Commentaire

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.