Connect with us

Guinée: Le procès des militaires accusés d’avoir tiré au camp Alpha Yaya le 19 janvier s’est ouvert à Conakry

Publié

Le

Les militaires cités dans l’affaire dite “tirs de sommation” le 19 janvier et inculpés le 30 janvier 2017 ont comparu ce jeudi 9 février 2017 à Conakry devant le tribunal militaire. Parmi les quatre accusés, 3 étaient dans la salle d’audience. Le quatrième est en fuite. Deux accusés ont été entendus avant que les avocats de la défense ne boudent la salle. Ceux-ci parlent de vice de procédure à l’entame de ce procès. L’audience a été renvoyée pour la semaine prochaine.

Poursuivis pour incitation à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline, de révolte, de vol et de détention d’armes de guerre, trois des quatre militaires incriminés ont comparu. Il s’agit des deux adjudants chef, Oumar Condé et Amara Kalaban et de l’adjudant Ibrahima Sylla. Le quatrième serait en cavale. Au cours de l’audience, les avocats de la défense ont contesté la citation et ont exigé sa nullité. Puis ils ont quitté la salle d’audience. Me François Fadoumé Mansaré, un de ces avocats, s’explique en ces termes : « Ce qui n’a pas été respecté c’est cette disposition de l’article 72. On demande à ce que ces accusés ne comparaissent pas devant le tribunal sans qu’ils ne soient accompagnés d’avocats commis d’office et sans que ces dispositions qui existent principalement au niveau de l’aliéna 3 qui ne sont pas respectées dont nous demandons de respecter… »

Après une heure et demie de débat, le président Sékou Keïta a prononcé le report de l’audience à huitaine. Lieutenant San Robert Leno, substitut du procureur près le tribunal militaire explique les raisons de ce report : « Les avocats n’ont pas eu le temps matériel pour consulter le dossier et du coup ils ont demandé à ce que le dossier soit renvoyé. Il fallait donc accéder à cette demande pour le respect des droits des parties. Parce que le droit de la défense est un droit inaliénable… »

Les deux accusés qui ont été entendus ont fait des révélations sur les conditions de vie qu’ils jugent précaires des militaires. Ils ont déclaré à la barre qu’ils achètent même leurs tenues avec des individus à 700 ou 800 milles francs guinéens.

Les exceptions soulevées par les avocats de la défense seront appréciées par le tribunal, a promis le substitut du procureur. Les avocats se disent à l’écoute du tribunal. Cependant s’il prend une décision quelconque à l’encontre de la loi, ils promettent de procéder à des voies de recours.

La prochaine audience aura donc lieu le 16 février 2017.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.