Connect with us

Guinée : Kadidja Andréa Barry, « Aujourd’hui, notre pays se définit par son insalubrité récurrente»

Publié

Le

Arrivée à Conakry le 05 mai dernier dans le cadre de la mise en œuvre de son projet humanitaire, la Miss Guinée France Kadidja Andréa Barry s’est présentée devant la presse ce lundi 10 mai 2016.

‘’La Guinée n’est pas une poubelle’’. A travers ce projet, Kadidja Andréa Barry ambitionne de retirer Conakry de la liste des capitales les plus sales du continent.

« Je suis née en Guinée et j’ai dû quitter très tôt le pays pour des raisons sanitaires. J’ai été victime de paludisme. Le projet de gestion des ordures ménagères en Guinée dont je suis porteuse, est une préoccupation pour moi depuis toute petite. J’ai été élue en Novembre dernier. J’ai choisi ce projet pour aider les familles guinéennes. Aujourd’hui, la Guinée se définit par son insalubrité récurrente. Selon une étude menée par les enquêtes FOBES, Conakry a été 19ème au classement de la ville la plus sale au monde en 2011. Les montagnes ordures, les dépotoirs sauvages et l’incinération de déchets sont présents dans toute la ville. Cela favorise la prolifération des insectes, des mouches et les rongeurs vecteurs de maladie. » Soutient Andréa Barry, Miss Guinée France 2016.

Assainir Conakry n’est pas chose facile, vu la complexité de la gestion des ordures ménagère de la ville. Pour la réussite de ce projet, la reine de la beauté guinéenne de France compte sur la responsabilité des populations et l’apport des partenaires.

L’ONG Sauvons l’Environnement en Guinée, entend travailler au côté de la Miss Guinée France 2016 pour faire de ce projet une réalité. Son président précise : « Aujourd’hui, force est de reconnaitre que la population de Conakry S’accroit considérablement et par conséquent productrice tout sortes de déchet. Partant de ce constat, ce projet de la Miss Guinée France 2016, requiert toute notre attention pour faire de Conakry, une ville où il fait bon vivre. Notre ONG jouera pleinement son rôle de partenaire local en suivi du projet et une participation au projet en octroi du matériel d’assainissement. »

Au-delà du concours de beauté qu’organise l’Association des Jeunes Guinéens de France (AJGF), la structure se veut être la locomotive de la revalorisation de la culture nationale hors des frontières.

« Notre rôle à tous est d’œuvrer à que la Guinée soit la flèche sur le continent africain en matière de développement. Pour nous, l’organisation du concours Miss Guinée France, c’est au-delà du concours de beauté. C’est la valorisation de la culture guinéenne à l’étranger. Nous faisons des recherches approfondies sur la culture guinéenne pour mieux vendre la destination Guinée. Lors de l’élection de Kadidja-Andréa, nous avons mis en scène le mariage tel qu’il est pratiqué au Fouta Djallon et la représentation de la grande danse de la Mamayah de la Haute Guinée. Voilà en substance le travail que nous effectuons pour et au nom de la Guinée », lance Ibrahima Tanou Sow, Président de l’AJGF

Des activités d’assainissement seront réalisées dans les communes de Kaloum et Matoto pour cette première phase et la ville de Kindia va servir de ville pilote pour l’ouverture du projet vers l’arrière-pays.

Avec : AC

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.