Connect with us

Journée internationale des femmes – Les guinéennes à retenir depuis 2014

Publié

Le

En cette  journée internationale des femmes, notre rédaction revient sur les femmes qui ont marqué l’année 2014 et qui ont occupée le devant de la scène durant la dernière année et les deux mois de cette année 2015.

Fatou Baldé Yansané

Fatou Balde Yansané

Militante engagée de la société civile, cette brave dame a beaucoup milité et participé dans le cadre de la sensibilisation pour éradiquer le virus Ebola. Mme Fatou Baldé Yansane est la présidente de la coalition des femmes leaders de Guinée (COFEL), Fondatrice et Directrice Générale de SOTRACOM GUINEE – SARL, membre du Bureau National du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG). Secrétaire Nationale chargée de la Promotion du mouvement associatif et de la participation citoyenne. Elle a beaucoup été présente dans ce cadre en distribuant des kits sanitaires,…bref pour finir avec Ebola. Voici ce qu’elle postait sur son mur en septembre dernier:

C’est grave pour les guinéens, car vaincre EBOLA sera très difficile.

Tenez – vous bien les médecins n’ont pas de gants dans les hôpitaux. Alors lorsqu’ils ont une ou deux paires pour la dotation hebdomadaire ils sont obligés d’utiliser cette paire plusieurs fois, voir plusieurs jours et donc à chaque consultation ils se frottent les mains avec un peu de chlore et ça aussi c’est s’il y en a. Donc, s’ils sont protégés eux par les gants, mais la même paire servant pour plusieurs personnes vous imaginez le danger?

Depuis la déclaration de l’épidémie il y a des services qui n’ont jamais eu de dotation de gants ou de kits de lavages de mains. À Ignace Deen le directeur demande aux médecins d’acheter des gants et du chlore sans leur donner avec quoi acheter. Est-ce que c’est aux médecins de se trouver le matériel de protection.

Le SNU donne des blouses à usage unique on donne une blouse par médecin et on leur demande de les réutiliser! Allez demander dans les différents services des deux grands hôpitaux de Conakry.

Les charlatans tenant des petites « cliniques de quartier » sont hors contrôle et reçoivent des malades sans précaution et diagnostiquent des PALU les droguent avec des médicaments chinois ils meurent et les familles récupèrent les dépouilles entre temps si c’était EBOLA? Voilà le tableau sombre de la santé en république de Guinée et de surcroît dans la capitale.

Quelle est la priorité du gouvernement? Régler ces problèmes ou payer des factures de millions de dollars en espèces sonnantes pendant que les guinéens manquent de tout et leurs vies en danger?

Post qui a ensuite été repris par le blogueur guinéen Abdoulaye Bah sur son blog Konakry Express.

Moussa Yero Bah

Moussa YeroJournaliste au groupe HADAFO, sur Espace FM, cette jeune dame a posté le 28 fevrier dernier ceci:

Elle donne la vie et meurt! Tenez-vous bien! Salématou Camara 37 ans arrive à l’hôpital Ignace deen en ce vendredi nuit en travail c’est à dire pour l’accouchement. Sur place, quand son mari a présenté ses papiers, les médecins lui ont tout simplement dit de se rendre à Donka par ce qu’ils n’ont pas de matériels adéquats par ce qu’elle devait être césarisée. Ils se rendent alors à Donka. Pire, là, on leur dit d’aller là où elle a été suivie alors que la pauvre se tordait de douleur. Malgré l’insistance de son mari et de sa mère, on ne fera rien pour la sauver. Fatiguée, elle accouchera à même le sol avant de rendre l’âme laissant derrière elle un gros et mignon garçon. Bien qu’elle soit décédée, les médecins ont encore demandé du sang aux parents de la défunte. Dites moi où on va dans ce pays mes chers s’ils vous plait!!!!!

Ce post avait suscité une énorme vague d’indignation qui a obligé les autorités a prendre des sanctions contre certains responsables des hôpitaux d’Ignace Deen et de Donka qui sont accusés de n’avoir pas sauvé la vie d’une personne en danger et donc de violer le sermon d’Hypocrate lequel doit être respecté tout médecin.

Ajoutons à cette liste exhaustive qui est loin d’être complète, toutes ces braves dames (infirmières, agents de santé, de sensibilisation) qui se sont battus pour combattre ce viruis ebola dont certaines d’entre-elles ne sont pas parmi nous aujourd’hui.

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.