Connect with us

Cheick Sako  : « tant que la Guinée vivra, il y aura toujours des journalistes dans ce pays»

Publié

Le

Les journalistes guinéens issus de la presse publique et privé ont organisé lundi 8 février une marche de protestation contre l’assassinat de Mohamed Diallo.

Ils étaient nombreux à venir très tôt ce lundi matin au niveau du pont 8 novembre, espace désigné comme point de leur ralliement, avant de prendre la direction du ministère de la Justice.

Vêtus en tee-shirts blancs, ils scandaient tout le long de la route : « Un mort de plus. Un mort de trop. Nous réclamons justice

Cette marche, selon la porte-parole des journalistes, a été initiée pour mettre fin à l’impunité des délits contre la presse.

 «Nous sommes offusqués, scandalisés, heurtés par l’audace des assaillants qui ont commis ce crime odieux en plein jour au siège d’un parti politique qui aspire diriger ce pays. La presse, unie comme un seul homme, exige que lumière soit faite afin que les auteurs soient poursuivis, arrêtés et punis de leur forfaiture. Nous demandons que ceux qui sont à la base de cette tuerie, ceux qui ont parrainé ou soutenu ce carnage soient jugés pour leur irresponsabilité. C’est pourquoi nous interpellons les justiciers de ne pas faire preuve de complaisance ou de corruption dans cette affaire», a déclaré Mame Fatoumata Diallo.

Dans son discours de réponse, le ministre de la Justice, Me Cheick Sako,  a promis que la lumière sur le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo : « Dans un pays, quand on commence à brutaliser, à tuer un journaliste c’est la démocratie qu’on tue et c’est le pays qu’on tue. Tant que la Guinée vivra, il y aura toujours des journalistes dans ce paysLes auditions ont commencé. Vendredi déjà, M. Bah Oury a été longuement entendu. Le président du parti, M. Dalein, a été entendu hier dimanche. Ça veut dire que le juge d’instruction était hier à son bureau et le procureur. Le président du parti a été entendu pendant plusieurs heures et ça va continuer. Au visa de toutes ces auditions, on trouver la personne factuelle qui a commis cet acte ignoble et on saura quels sont les commanditaires. Le fait qu’il soit assassiné pendant qu’il faisait son travail de journaliste, cela doit interpeller tous les Guinéens. Et si on laisse passer ça, ça veut dire qu’un jour  dans notre pays, aucun journaliste ne pourra faire son travail. »

El hadj Mohamed Diallo, journaliste au site Guinée7.com, a été tué par balle vendredi lorsqu’il était parti couvrir l’arrivée de Bah Oury, déjà exclu du parti, au siège de l’UFDG où se tenait la réunion du bureau exécutif national.

 Marche des journalistes contre le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo

Marche des journalistes contre le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo

 Marche des journalistes contre le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo

Marche des journalistes contre le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo

 Marche des journalistes contre le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo

Marche des journalistes contre le meurtre d’El hadj Mohamed Diallo

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.