Connect with us

Libye : Des immigrants clandestins guinéens enlevés à Bani Walid

Publié

Le

Libye: Ils sont plusieurs jeunes africains dont des Guinéens qui sont pris en otage par des groupes rebelles dans la ville de Bani Walid, à 170 km au Sud de Tripoli, la capitale libyenne, apprend-on des proches des victimes. 

Des jeunes africains tentent l’aventure libyenne dans le but de traverser la méditerranée pour enfin se retrouver en Italie. Ils sont la proie de nombreuses milices qui y fourmillent depuis 2011. Des rapts quotidiens, les migrants sont capturés par des groupes armés qui appellent ensuite les familles pour qu’elles paient une rançon contre leur libération. C’est ainsi que des groupes armés s’enrichissent sur le dos des migrants.   

En décembre dernier, plusieurs Guinéens sont entrés en Libye via le Niger. Parmi eux, Abdoul Gadirou, un jeune originaire de la préfecture de Mali qui pratiquait librement le commerce à Mamou. Ce jeune et tant d’autres ont été kidnappés et conduits dans la ville de Bani Walid.

La famille de Abdoul Gadirou a tenté à deux reprises de faire libérer leur fils mais en vain. «Pour la première fois, on nous a indiqué un jeune guinéen vivant à Tripoli, ce dernier a demandé 6 millions de francs pour négocier sa libération. Nous avons expédié le montant. Depuis qu’ils ont perçu cet argent, à chaque fois, ils nous promettent de libérer notre frère. Nous sommes restés sur ces promesses sans issues et nous avons décidé de trouver un autre facilitateur. On nous a indiqué un autre qui a demandé 11 millions de francs. Ce dernier nous a expliqué qu’un noir n’ose pas se lancer dans les négociations, il est obligé de s’attacher des services d’un arabe libyen qui va se rendre à Bani Walid pour négocier la libération de Abdoul Gadirou. La famille a trouvé les 11 millions et le montant a été expédié dans la soirée du mercredi 1er mars dernier. Le lendemain lorsque le négociateur est arrivé au lieu de détention, il a été informé que notre frère est mort, la veille », explique Mamadou Aliou, les larmes aux yeux.

Depuis janvier 2017, une quarantaine de jeunes Guinéens sont décédés des suites de mauvais traitement dans ce centre de détention de Bani Walid. La rédaction locale de nos confréres de Guinéenews a pu trouver le numéro de téléphone des ravisseurs après plusieurs tentatives. Mais ils n’ont pas voulu communiquer avec eux. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 264 000 migrants et réfugiés vivent dans ce pays, devenu lieu de transit vers l’Europe. Il est temps que le gouvernement guinéen prenne ce problème à bras le corps pour sauver nos compatriotes dans cet enfer libyen. 

 

Publicité
2 Commentaires

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.