EconomieGuinée: Un emprunt obligataire de 500 milliards GNF fait à l’Etat pour entretenir le réseau routier

Guinée: Un emprunt obligataire de 500 milliards GNF fait à l’Etat pour entretenir le réseau routier
Un emprunt obligataire de 500 milliards GNF fait à l’Etat pour entretenir le réseau routier
Guinée: Un emprunt obligataire de 500 milliards GNF fait à l’Etat pour entretenir le réseau routier

Dans le souci de répondre aux défis se posant aux infrastructures routières guinéennes, notamment avec la dégradation très avancée des voiries urbaines et de certains axes routiers de première importance en vue d’un confort pour les populations et le transport des marchandises, mais aussi les difficultés rencontrées dans la mobilisation rapide des ressources financières traditionnelles de l’Etat et des concours extérieurs, l’Etat s’est proposé d’émettre un emprunt obligataire destiné à financer les travaux d’urgence dans le domaine des infrastructures routières.

Une seconde opération qui intervient après celle de 2015. Ainsi, cette nouvelle gamme d’emprunt qui se chiffre à 500 milliards GNF a officiellement été lancée ce mercredi 5 avril à Conakry par la ministre de l’Economie et des finances, en plusieurs directeurs généraux des banques, des compagnies d’assurance et des institutions de micro-finance, ainsi que des hauts cadres de l’administration publique et du secteur financier et des représentants du secteur financier non-privé.

Il s’agit d’un endettement que l’Etat a fait par appel public à l’épargne où il manifeste le désir de recouvrer 500 milliards de francs guinéens pour faire l’entretien routier qui s’étendra entre autres sur les voiries urbaines de Conakry, ainsi que la nationale Coyah-Kindia-Mamou-Dabola et Mamou- Labé et le re-profilage de la route Kankan-Mandiana et Kankan-Kérouané. C’est du moins ce qu’a confié le secrétaire général du ministère des Travaux publics, M. Kadiata Mamoudou Kaba qui a insisté sur la conduite à terme des travaux avant les grandes pluies.

Le gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (Bcrg), Dr Loucény Nabé, évaluant la portée de l’emprunt obligataire, a situé celui-ci dans un contexte de prestation monétaire volontaire faite à l’Etat par d’autres collectivités publiques ou à d’autres entités moyennant un commerce de remboursement du capital et un service d’intérêt.

« Le processus actuel s’inscrit dans un cadre institutionnelle, réglementaire et appropriée à l’endroit des investisseurs qualifiés conformément à l’instruction de la Banque centrale relative à l’appel public à l’épargne », a-t-il précisé.

Pour sa part, le ministre du Budget, Mohamed Lamine Doumbouya a remercié la Bicigui, chef de file du Syndicat de placement de l’emprunt obligataire et ses partenaires de l‘engagement qui les anime en souscrivant à ces différents titres de créance et qui motive davantage les différents opérateurs économiques tant au niveau domestique qu’à l’étranger, pour qu’ensemble les différentes parties puissent contribuer au développement de la Guinée.

« Nous souhaitons que l’utilisation des emprunts obligataires s’inscrive désormais dans la durée et dans le cadre d’une nouvelle politique d’endettements publics avec pour objectif de mettre au service du développement inclusif et durable de la Guinée et des ressources financières qui sont nécessaires à son émergence, tout en garantissant la soutenabilité de la dette publique ». C’est par ces mots que la ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances a officiellement lancé cette seconde étape de l’emprunt.

Sur le procédé de collecte de ce fonds, le directeur général de la Bicigui et par ailleurs chef de file du Syndicat de placement de l’emprunt obligataire, Manga Fodé Touré, a indiqué que les 5 banques membres du Syndicat vont collecter la somme auprès de leurs clientèles respectives – clientèle entreprise, clientèle des particuliers, mais aussi les compagnies d’assurance et de micro-finance – pour pouvoir lever ces fonds et les mettre à la disposition du Trésor public.

Selon lui, la période de souscription a commencé depuis le 20 mars et va s’estomper le 20 avril. « Nous comptons recouvrer la totalité. Pour tout vous dire, nous avons déjà trouvé 250 milliards à date. Il reste encore à trouver la seconde moitié d’ici le 20 avril courant », a rassuré M. Touré.

Outre la Bicigui dont le directeur général se trouve être par ailleurs le chef de file du Syndicat de placement, il y a Ecobank, la SGBG, Orabank et la BPNG.

Par Madiba

Grève des banquiers : La FESABAG et l’APB désormais sur la même longueur d’ondeSélectionné pour vous : Grève des banquiers : La FESABAG et l’APB désormais sur la même longueur d’onde

Toutes les vidéos (émissions, séries TV, reportages, actualités, ...) de SeneNews.com sur http://video.senenews.com.

Toutes les infos 100% People, Buzz et insolites sur http://people.senenews.com.SeneNews est aussi N°1 de l\'actualité sur mobile au Sénégal.

SeneNews est en téléchargement gratuit sur Apple Store, sur Window Store et sur Google Play. L’accessibilité, c’est le pouvoir d’avoir l’information qui vous intéresse sur votre mobile smartphone et tablette. Ainsi, notre site SeneNews s’adapte désormais à tous les formats d’écran, de l’ordinateur de bureau au téléphone mobile, à condition d’accéder à Internet au Sénégal et partout dans le Monde.

Mis en ligne par 

Vos réactions (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous pour réagir à cet article
Connexion avec Guinee360.com