Connect with us

Les occupants illégaux du quartier Kéitayah, sommés de quitter par le Ministère de l’Habitat

Publié

Le

Le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire, Ibrahima Bangoura a effectué une visite de terrain sur la zone de Kéitayah dans la commune de Dubréka, dans l’objectif de sensibiliser les occupants de ce domaine, à quitter pour échapper à un éventuel déguerpissement forcé.

Sur le terrain notre rédaction a constaté que les travaux d’aménagement immobilier ont déjà commencé, notamment avec la construction d’une cité à usage d’habitation de 91 logements sociaux de la Banque Centrale de Guinée. Il est également prévu la construction d’infrastructures sanitaires.

C’est en 1989 que les zones de Lambanyi, Sonfonia et Kéitayah ont été décrétées par feu Général Lansana Conté comme étant des domaines réservés de l’Etat. Mais force est de constater que depuis l’ouverture sommaire des routes par la société nationale d’aménagement et de promotion immobilière (SONAPI) en 2004, plus de 200 hectares ont été illégalement achetés par des personnes en quête de domaine pour construire leur logement.

Intervenant sur le mobile de sa visite sur ce domaine de l’Etat, le Ministre Bangoura a affirmé que cette première visite est faite uniquement pour expliquer à tous les occupants illégaux qui sont là, qu’ils doivent purement et simplement quitter. « Ce n’est pas parce que nous sommes contre eux qu’ils doivent quitter, mais parce que ce domaine appartient à l’Etat, s’ils ne quittent pas de leur propre gré, nous ferons intervenir les forces de l’ordre, nous voulons donner un logement à chaque guinéen c’est un droit pour chacun, pour qu’à l’image des autres pays, chacun puisse avoir un logement décent », a martelé le Ministre de l’Habitat.

Il faut souligner par ailleurs que la SONAPI chargée de sécuriser les domaines de l’Etat à Kéitayah, a vu sa base détruite par les citoyens à leurs profits.

Présent sur les lieux, le Ministre d’Etat chargé des investissements publics et privés, Ibrahima Kassory Fofana, a tenu à ce que la lumière soit faite sur l’occupation anarchique du site de Kéitayah afin de situer les responsabilités. « Il faudrait qu’on commence à examiner les papiers que les occupants détiennent, pour savoir de qui est ce qu’ils ont obtenus ces papiers pour prendre les sanctions y afférentes, parce qu’il y’a trop de désordre dans ce pays ».

Amadou Diallo

Publicité
Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.