Connect with us

Guinée : La crise qui mine le parlement des jeunes leaders emporte son président

Publié

Le

La crise qui mine le parlement des jeunes leaders de la société civile guinéenne a atteint son paroxysme. Des membres réunis en assemblée générale le mardi 1er novembre 2016 à Conakry ont rendu officielle la destitution de Abdourahmane Baldé, jusque président de l’organisation.  

Il est reproché à Abdourahamane Baldé d’avoir mal géré les biens financiers de l’organisation, mais aussi d’avoir harcelé sexuellement des filles membres du parlement.  

A travers une déclaration rendue publique le 1er novembre, le parlement des jeunes leaders de la société civile guinéenne a officialisé la destitution d’Adourahmane Baldé. Le président par intérim du parlement, Moise Diawara, est revenu sur les faits reprochés à Abdourahamne: « C’est avec une consternation que l’assemblée générale a suivi ces jours les témoignages et allégations de gestion opaque, de harcèlements sexuels contre certaines filles membres de notre organisation, de détournement de fonds au dépend de la structure à l’encontre de M. Abdourahmane Baldé. L’ayant reconnu coupable des faits, l’assemblée générale a pris ses responsabilités et a jugé nécessaire de le destituer de ses fonctions… »

Le chargé des relations extérieures du parlement, Boun Oumar Sow, s’est dit surpris par les propos de Abdourahmane Baldé selon lesquels il serait manipulé par Dr Faya Millimono: « Lorsque le parlement avait appelé les partis politiques pour essayer de leur faire revenir à la raison, Dr Faya s’est présenté avec un certain nombre de partis politiques c’est là que j’ai connu Dr Faya et depuis cela, je ne l’ai plus vu ni parlé avec lui… »

Aye Diaby, membre du parlement des jeunes leaders de la société civile guinéenne dit avoir été sexuellement harcelée par Abdourahmane Baldé : « On venait de saluer sa maman qui était hospitalisée suite à un accident. De retour on était à Ratoma, il m’a envoyée vers un motel qui se trouve vers l’université LA SOURCE. Il gare la voiture et me dit ‘’ah si réellement tu m’aimes vraiment j’aimerais que tu le prouves.’’ J’ai dit, ‘’ah M. Baldé je ne peux pas le prouver en tant que simple relation comme ça.’’ Il a insisté et persisté, j’ai dit non je ne peux pas… »

Au même moment, un mouvement de jeunes était au quartier Nongo Taady pour apporter son soutien à Abdourahmane Baldé, l’ex président du parlement des jeunes leaders de la société civile. Ce dernier signe et persiste que c’est Faya Millimouno, le président du Bloc Libéral, qui a commandité cette destitution: « A la rentrée de notre réunion, Faya a rassuré que ça allait péter ce jour. Iil m’a appelé au téléphone pour me donner des leçons de droit, pour me montrer la nécessité encore pour les membres du parlement d’accompagner sa structure. J’ai dit: ‘’Dr Faya, prenez votre téléphone appelez vos militants, nous au parlement des jeunes nous ne sommes pas dans les partis politiques.’’ C’est de cela il s’agit. Alors si Dr Faya prend la parole aujourd’hui que je ne suis pas intègre, que j’ai détourné des fonds, c’est parce que je n’ai pas accepté de collaborer avec lui… »

Barry Thierno Oumar, membre du parlement affirme qu’il soutient Abdourahmane Baldé:  » Je suis ici pour réaffirmer mon soutien à Abdourahmane Baldé et appeler la jeunesse guinéenne à le soutenir pour que nous réussissions notre engagement à défendre la cause commune qui est l’avancement de la jeunesse guinéenne. S’il a détourné, moi je ne suis pas au courant… »

Ce sont les actes qui parlent. Il a beaucoup fait pour la jeunesse, a dit Alpha Amadou Diallo, un jeune qu’il a libéré de prison:  » Aujourd’hui la seule chose que je peux témoigner, c’est la bonne personne d’Abdourahmane Baldé, ce qu’il incarne aujourd’hui pour nous d’abord qu’il a libérés de prison. Nous étions 20 étudiants emprisonnés pendant 72 heures. Seul ce monsieur est allé nous voir, nous écouter et nous aider à sortir de là… »

Le délégué spécial de l’antenne du parlement du quartier Bambeto, Thierno Abdoul Diallo, dit avoir écouté les deux parties et que cette antenne se réserve d’approuver ou de désapprouver la destitution de Abdourahmane Baldé.

Le président destitué appelle les autres membres du parlement à s’unir pour ne pas céder à la « manipulation politique. »

Joint au téléphone, Dr Faya Millimouno joint a dit qu’il ne souhaite pas commenter les propos de Abdourahmane Baldé: « Répondre à ce jeune, c’est lui donner trop d’importance qu’il ne mérite pas. Ce jeune est toujours venu vers moi. S’il me cite dans cette affaire, c’est parce qu’il veut qu’on parle de lui et moi j’ai d’autres choses plus importantes à faire que de l’écouter ou lui répondre… »

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.