Connect with us

AUJOURD'HUI

AUJOURD’HUI : 4 février 1980, l’écrivain Camara Laye décède à Dakar

Publié

Le

AUJOURD’HUI 4 février 1980, l’écrivain Camara Laye décède à Dakar

Camara Laye est sans doute le plus célèbre des écrivains d’origine guinéenne. Engagé dans la littérature, l’auteur de ‘L’Enfant noir’ ne se coupera pas les ponts avec la sphère politique qui n’est pas incompatible avec ses idéaux. Il deviendra ambassadeur mais ses convictions vont le mettre en mal avec Sékou Touré. Persécuté, Camara Laye s’exile à Dakar où il mourra le 4 février 1980.

Une grande plume de la littérature africaine d’expression française, Camara Laye est né à l’orée de 1928, plus précisément le 1er janvier, à Kouroussa en Haute-Guinée. Descendant d’une lignée de forgerons, aussi bien du côté de sa mère que de son père, le jeune Camara Laye va partager son enfance entre l’atelier de son père et l’école française. Ces différents passages de sa vie vont servir de prétexte à la naissance de son premier roman et chef-d’œuvre ‘L’Enfant noir’ publié en 1953. Ce classique obtiendra le prix Charles Veillon en 1954. D’autres productions suivront comme Le Regard du roi (1954), Dramous (1966) et Le Maître de la parole (1978).

Après l’indépendance impréparée de la Guinée, le président Sékou Touré lance un appel aux intellectuels africains pour venir y travailler. Après une formation en France dans l’ingénierie mobile et en aéronautique et construction automobile, Camara Laye retourne donc en Guinée pour venir au chevet de la nouvelle république. Il deviendra ainsi le premier ambassadeur de la Guinée au Ghana, puis d’autres postes de responsabilité lui seront confiés comme celui du directeur de l’institut national de la recherche et de la documentation.

Emprisonné par le régime de Sékou Touré pour ses prises de position, Camara Laye va s’exiler au Sénégal après être passé par la Côte d’Ivoire. Il travaille à l’Institut fondamental de l’Afrique noire (IFAN) en tant que chercheur. Il décède à Dakar le 4 février 1980.

Senenews

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons
La résistance active et permanente du FNDC se poursuit à #Wanindara ce jeudi 20 février 2020.
C'est ce qu'on appelle honnêteté. Un imam qui refuse 50 millions de francs CFA du Premier ministre pour l'organisation d'un meeting. Imaginez qu'on donne 50 millions GNF ou même 20 millions GNF à nos chefs religieux, est-ils allaient le refuser? Nous n'avons pas  dit qu'ils vont le recevoir ou non, mais est-ce qu'ils allaient refuser le montant? C'est une question, pas une affirmation. Qu'est-ce que vous en pensez?
Jets de pierres entre forces de l'ordre et manifestants à Wanindara
Résistance active et permanente du #FNDC: le chef de section des unités d'interventions de la #CMIS19 de #Bonfi blessé.
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.