Connect with us

AUJOURD'HUI

AUJOURD’HUI : 03 février 1996, tentative de coup d’Etat contre Lansana Conté

Publié

Le

AUJOURD’HUI 03 février 1996, tentative de coup d’Etat contre Lansana Conté

Une dizaine d’année après le coup d’Etat militaire du Comité Militaire du Redressement National (CMRN) qui a porté Lansana Conté à la tête de l’Etat, les 2 et 3 février 1996, le général président était victime d’une tentative de renversement.

Le 2 février 1996, dans la matinée, un déploiement de soldats du camp Alpha Yaya Diallo a d’abord investi l’aéroport de Conakry qui est fermé au trafic, le groupe de militaire s’est dirigé vers le quartier administratif, Kaloum en tirant des coups de feu en l’air.

Un autre groupe de militaires s’est emparé de la RTG, a annoncé la suspension de la constitution, la dissolution de l’Assemblée nationale et a instauré le couvre-feu à 13 heures. Dans la journée du 02 février les militaires du camp Alpha Yaya envahissent la ville, se rendent maître du camp Samory avant d’arrêter le ministre de la défense, le colonel Adourahmane Diallo.

A 18 heures, le Palais des Nations fut encerclée, puis attaqué par des armes lourdes et dans la nuit, la salle du congrès fût bombardée et incendiée par les orgues de Staline.

Le lendemain, 03 février, l’assaut final devait être donné, Lansana Conté est conduit par le lieutenant Mory Laye Kébé au Camp Alpha Yaya. Les putschistes ne s’étant pas entendu sur celui qui serait à la tête de la junte échoueront dans leur tentative.

Ainsi donc, cette énième tentative de putsch contre le général Conté échoue, un procès et organisé deux ans plus tard et des suspects ont été condamnés à des peines allant jusqu’à 20 ans de travaux forcés.

Selon des sources non officielles, plus d’une centaine de personnes ont perdu la vie suite à ces événements.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons
La résistance active et permanente du FNDC se poursuit à #Wanindara ce jeudi 20 février 2020.
C'est ce qu'on appelle honnêteté. Un imam qui refuse 50 millions de francs CFA du Premier ministre pour l'organisation d'un meeting. Imaginez qu'on donne 50 millions GNF ou même 20 millions GNF à nos chefs religieux, est-ils allaient le refuser? Nous n'avons pas  dit qu'ils vont le recevoir ou non, mais est-ce qu'ils allaient refuser le montant? C'est une question, pas une affirmation. Qu'est-ce que vous en pensez?
Jets de pierres entre forces de l'ordre et manifestants à Wanindara
Résistance active et permanente du #FNDC: le chef de section des unités d'interventions de la #CMIS19 de #Bonfi blessé.
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.