Connect with us

Baisse du prix de carburant : Les stations d’essence en grève

Publié

Le

Face à la pression syndicale, le gouvernement a procédé le samedi 28 à une nouvelle baisse du prix du carburant à la pompe. Le litre passe de 9.000 GNF à 8.000 GNF.

Dans son communiqué, le gouvernement a pensé alléger le panier de la ménagère et c’est l’effet contraire de l’annonce qui se produit ce lundi matin.

Tenez, les arrêts bus sont bondés de monde et pour cause, le manque de taxis et autres mini bus. Les raisons de cette rareté des moyens communs de transports sont simples : Les stations service des hydrocarbures refusent systématiquement de servir les automobilistes et autres engins roulants  et ce depuis la matinée du samedi.

Rencontré, un des gérants d’une station d’essence nous donne les raisons en ces termes : «  Nos patrons disent qu’ils n’ont  pas été associés à cette deuxième réduction des prix. Le gouvernement veut tout simplement donner satisfaction aux syndicats en oubliant les vendeurs de carburant que sont les tenanciers des stations.

Nous comprenons que nous sommes dans une année électorale et le gouvernement est prêt à tout faire pour convaincre les populations. La vente du carburant tient compte de beaucoup de paramètres allant du choix de l’importateur, du dépotage, du service en citerne, des taxes, des salaires des pompistes et de la vente elle-même.

Donc, pour réduire le prix, il faut tenir compte de toute cette chaine pour que chacun bénéficie de quelque chose. Mais hélas, l’État fait sa campagne sur le dos des gens. Voilà pourquoi les stations sont fermées en attendant une rencontre entre le gouvernent et les patrons des stations »

Comme le dirait l’autre, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Au marché parallèle communément appelé marché noir, le titre d’essence se vent entre 12 à 13.000, voire 14.000 GNF.

Aly Badara Condé   

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.