Connect with us

Monde

France: Hollande « J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle »

Publié

Le

France: Le chef de l’Etat François Hollande s’est exprimé à 20 heures en direct de l’Elysee pour annoncer qu’il renonçait à être candidat à l’élection présidentielle de 2017.

Le président a évoqué son bilan depuis son élection en mai 2012 : l’accord de Paris sur le climat, des moyens pour l’école, ou encore le mariage pour tous. Il n’a exprimé « qu’un seul regret : avoir proposé la déchéance de la nationalité ».

« Je respecte la personne, le parcours de François Fillon [vainqueur de la primaire de la droite], mais j’estime que les projets qu’ils portent mettent en cause notre modèle social », a-t-il précisé.

Citant « l’intérêt supérieur de la nation », le président de la République a ensuite déclaré : «Je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle. Aussi, j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle ».

Il n’a exprimé « qu’un seul regret : avoir proposé la déchéance de la nationalité ».

Cette déclaration clôt une semaine que l’un des proches du chef de l’Etat a qualifiée « de tous les dangers ». Les spéculations autour des intentions de François Hollande avaient redoublé alors que le premier ministre, Manuel Valls, n’a pas exclu de se présenter lui aussi à la primaire de la gauche. Elles portaient également sur les intentions du chef de l’État d’en passer ou non par cette primaire. Si François Hollande s’était présenté, il aurait dû affronter une impopularité à des niveaux records et une confiance tombée à des niveaux abyssaux.

Climat délétère entre Manuel Valls et François Hollande

Si le week-end passé avait été marqué par une offensive de M. Valls, François Hollande avait voulu reprendre la main lundi lors d’un déjeuner sous haute tension entre les deux têtes de l’exécutif, au cours duquel « le président n’a jamais dit qu’il ne serait pas candidat », selon un proche de M. Hollande. Les deux hommes ont ostensiblement mis en scène leur entente mercredi avec une poignée de mains en sortie de Conseil des ministres, sans faire oublier le climat délétère qui règne entre eux. Mais la crainte existait dans l’entourage du chef de l’Etat que Manuel Valls « saisisse l’occasion d’une salle en attente » samedi pour franchir une nouvelle fois la ligne jaune et faire un pas de plus vers une candidature.

Le premier ministre sera en tous cas bien encadré par des ministres fidèles au chef de l’Etat dépêchés sur place : Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Stéphane Le Foll, Emmanuelle Cosse et Jean-Vincent Placé défileront à la tribune. De son côté, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a déminé le terrain : « L’objet, c’est le gauche/droite, et je crois que personne n’a intérêt et ne souhaitera s’en émanciper », a-t-il assuré.
La campagne pour la primaire de la gauche débute officiellement jeudi 1er décembre, mais les candidats ont jusqu’au 15 décembre pour se déclarer.

Avec: Lemonde

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.