Connect with us

Crise à l’UFDG : Mamadou Barry dézingue Fodé Oussou

Publié

Le

« Fodé Oussou, seuls les Médiocres ne se remettent pas en cause et on ne devient pas No. 2 de l’UFDG du jour au lendemain ! »

Si le Congrès de Juillet 2015 a mis Cellou Dalein Diallo à la tête de l’UFDG, il faut reconnaître que ce même Congrès a mis Bah Oury, de manière INCONTESTABLE, le No. 2 de l’UFDG et remplaçant du Président en cas de vacance ou d’empêchement.

Dire que les Vice-Président sont à la même enseigne est tout simplement un mépris pour ce qui s’est passé au Congrès. A chacun de juger de qui respecte les textes du parti et qui ne les respecte pas !

Fodé Oussou FOFANA, il n’y a jamais de tonneaux qui font autant de bruit que ceux qui sont vides ! Le bruit n’a jamais fait avancer le débat et seuls les faibles en manque d’arguments font du bruit pour donner une impression de comprendre ou de savoir de quoi on parle.

« L’erreur est humaine, mais persévérer dans l’erreur est diabolique ! »

Par respect et considération pour les électeurs de l’UFDG, les militants à la base et les responsables de ce grand parti guinéen, le Directeur de campagne de Cellou Dalein Diallo a des comptes à rendre qui n’ont rien à voir avec ses sorties actuelles :

  1. Vice-Président du plus grand parti du pays avec un potentiel et des valeurs qui attirent l’attention des uns et des sur la vie publique du pays et qui mobilise les talent pour une nouvelle Guinée au bénéfice de tous les fils et filles du pays. Sa Mission, assister le Président dans la structuration, l’organisation et la mobilisation de tout ce potentiel pour porter Cellou Dalein au pouvoir. Tout le monde attend encore cette volonté ;
  1. Directeur de Campagne de Cellou Dalein Diallo pour la Présidentielle de 2010. On ne reviendra pas sur ce qui s’est passé, mais au-delà du vol que l’on chante sur tous les toits, il n’y a jamais eu une réelle remise en cause de la performance du Directeur de Campagne avec 44% au premier tour et une attente de plus de 4 mois pour le second tour. Après la défaite, aucune leçon n’a été tirées de manière objective ;
  1. Président du Groupe Parlementaire « Les Libéraux Démocrates » à l’Assemblée Nationale avec 37 Députés installés en Janvier 2014 et qui auront pour seule et unique objectif, la mobilisation totale, sous son magistère, pour l’élection du Président de l’UFDG à la Présidence de la République près de 2 ans après. Aucune stratégie et aucune vision n’ont été dégagées pour la cohésion dans l’action de nos députés ;
  1. Directeur de Campagne de Cellou Dalein Diallo pour la Présidentielle de 2015. On ne change pas une équipe qui gagne. Mais si elle ne gagne pas, on la change !! Avec une gestion plus que catastrophique du processus et le suicide des accords du 20 Août et des discours de campagne tous aussi médiocres que prétentieux, l’UFDG s’est encore retrouvée à pleurer et à crier au vol. Personne ne remet en cause ce style de gestion ;
  1. Vice-Président de l’UFDG qui a actuellement la charge de 39 Communes Urbaines et Rurales dans le pays dans le cadre des délégations spéciales issues des accords du 20 Août et qui n’ont été effectives qu’après les élections. Aucune stratégie ni aucun plan d’action pour assurer la formation, l’encadrement et le renforcement de capacités de ces nouveaux responsables en matière de gestion de Communes en général et des marchés, des ordures et autres en particulier. 

 Toutes ces faiblesses accumulées ne portent pas notre Oussou National à mettre la balle à terre comme il aime à le dire pour poser le vrai débat de la capacité actuelle de l’UFDG à conquérir le pouvoir au-delà de ce principe de tout le temps pleurer au vol et à la mascarade.

Au contraire, il se contente de fuir ses responsabilités et de trouver des boucs émissaires à ces multiples échecs pour cause d’incompétence et d’incapacité à porter l’UFDG au pouvoir. C’est tout simplement ce que fait Koro depuis qu’il est au pouvoir, détourner les regards des vrais problèmes du pays et s’occuper des futilités pour couvrir ses lacunes.

Trois possibilités à ces échecs qui sont devenus une seconde, sinon une première dans les rangs de l’UFDG :

  1. Soit le Directeur de Campagne est incapable et incompétent avec une très grande gueule portée sur les média et sur la conquête du pouvoir ;
  2. Soit le Produit à vendre n’est pas une bonne marchandise ;
  3. Soit les deux ne sont pas bons !

Dans tous les cas de figures, il est question de mettre le débat sur la table, comme il est de coutume de tirer les leçons après chaque échéance électorale. L’équipe en place doit se remettre en cause et accepter les critiques pour faire avancer les choses dans le bon sens.

Manifestement, il y a un malaise dans le style de management et dans la manière même de comprendre ce que c’est que la chose politique.

L’enjeu aujourd’hui n’est pas la suspension de tel, l’exclusion de tel autre ou encore l’avertissement du troisième, mais la survie à terme de l’UFDG.

Fodé Oussou pratique la politique de la terre brûlée avec un tel acharnement et un tel engagement dans les discours pour faire oublier ses échecs et attirer l’attention sur les « Perturbateurs ». A ce jeu, il ressemble étrangement, et à se tromper, à Alpha Condé.

Cela nous amène à se poser des questions sur cette attitude nouvelle de Fodé Oussou à être les seuls, avecle nomade Chérif Fadiga, à s’acharner sur ceux qui veulent qu’on pose le débat sur la table pour ce qui est de la gestion en général de l’UFDG et celle des élections en particulier.

Quand j’entends des paroles de Oussou, qui parle de « perturber » à 8h pour être exclus à 8h15 ou encore les portes sont ouvertes pour ceux et celles qui veulent aller au RPG, je me pose deux questions et émet un commentaire :

  1. Que fait-on d’un Directeur de Campagne qui perd 2 fois de suite à la Présidentielle ?
  2. Que fait-on d’un Président de Groupe Parlementaire qui ne maîtrise pas ses Députés ?

A propos du RPG, je ne sais pas si la bergerie n’est pas déjà infectée par ceux-là mêmes qui crient au loup ! Une mission pour « chasser » ceux qui veulent mettre de l’ordre à l’UFDG, pour mieux casser le parti avec un espoir de gain du côté du pouvoir.

Fodé Oussou, il faut se dire que 5 ans, c’est long, surtout quand il y a des chances pour Alpha de dissoudre l’Assemble Nationale en 2016. Un deal est très vite trouvé pour casser l’UFDG avant d’être récupéré par Koro.

Mais avant, Fodé Oussou a pour mission de  chasser les « perturbateurs » en général et Bah Oury en particulier pour être définitivement le No. 2 de l’UFDG et finir tranquillement le travail de dislocation de l’UFDG à terme.

Cellou Dalein Diallo, Chef de file de l’opposition avec son budget de fonctionnement et ses avantages liés à son statut ;

Fodé Oussou Fofana, Député de son état, Président de Groupe et donc membre du Bureau de l’Assemblée avec les avantages qui y sont liés, Vice-Président de l’UFDG qui cherche à devenir le No. 2.

A ce stade, il n’y a rien de mieux que le statuquo pour Fodé Oussou qui dit être de l’opposition comme s’il ne sait pas que l’opposition garde les perdants. Un parti en général et l’UFDG en particulier n’a pas pour vocation de rester dans l’opposition ad vitam aeternam. On va à l’élection, on la gagne on gère le pays. On la perd on va dans l’opposition pour mieux se préparer pour une alternance prochaine. Seuls les médiocres se plaisent dans le camp des perdants.

Que l’on ne s’y trompe pas, les plus grandes gueules dans les médias pour dénoncer les « perturbateurs » ne sont pas forcément ceux qui veulent du bien de l’UFDG.

L’avenir nous édifiera !!!!

Mamadou BARRY,

Analyste Financier biromobocar@yahoo.fr

68-28-09-09 (Orange – 28 – Septembre – 2009)

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.