Connect with us

Guinée : 35 indiens arrêtés par la police nationale

Publié

Le

Ce sont 35 indiens mis aux arrêts pour vente de produits illicites notamment des bagues en cuivre, des bracelets, produits pour les cheveux, qui ont été présentés aux médias par la police nationale, le lundi 1er juin dans ses locaux à Matam.

Ces indiens qui pullulent depuis un certain temps dans la capitale, ont quitté leur pays d’origine sous prétexte de venir vendre des téléphones en Guinée. Arrivés sur le territoire guinéen avec des visas de 90 jours, ils se sont plutôt adonnés à la vente de produits qu’ils jugent parfois mystiques et qui peuvent guérir plusieurs maladies.

Pour commissaire Kassé, le porte parole de la police nationale, pour repérer les logis de ces indiens il a fallu une franche collaboration des différentes délégations spéciales des communes de la capitale. « Arrivés à Kaporo Rail, là où vivaient ceux qui sont en face vous, l’équipe de la police a trouvé qu’ils fabriquaient  leurs produits dont ils font croire aux Guinéens qu’ils viennent de l’Inde », a laissé entendre M. Kassé.

Plusieurs objets ont été présentés aux journalistes dont des fils de fer jaunes utilisés le plus souvent pour le rembobinage des ventilateurs. Avec ces fils, ils fabriquent des bagues, des bracelets, qu’ils estiment être des médicaments contre le diabète et la tension. Il y’a des produits périmés d’ampicillines, des pinces pour la fabrication des bracelets, des caoutchoucs, et même des produits pour des longs cheuveux.

Dans sa communication, il a souligné plus loin, que ces indiens après leur pays d’origine, l’Inde, sont d’abord passés par le Mali, la Côte d’Ivoire et le Bénin avant d’aarriver en Guinée avec la complicité des consulats guinéens basés dans ces pays de transit cités.

S’attaquant au comportement des consuls à l’extérieur qui délivrent les visas à des étrangers aux moralités douteuses, le Directeur Gharé a émis le souhait que le ministère guinéen des affaires étrangères implique la police, quand il s’agit de nommer un ambassadeur où un représentant de la Guinée à l’étranger. « C’est nous qui pouvons détecter ce qui est bien ou mauvais avant de pénétrer le sol guinéen. Dans ce sens, nous jouons un grand rôle mais, je ne les condamne pas par ce qu’ils ne connaissent pas ».

Par Amadou Diallo | Actualité en Guinée Conakry 

 

Publicité
Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.