Connect with us

Ebola fait son retour au Liberia : 1 mort et 150 personnes sous surveillance

Publié

Le

Déclaré exempt d’Ebola depuis plus de deux mois, le Liberia doit faire face au retour du virus sur son territoire. Un adolescent de 15 ans est décédé et deux autres personnes sont traitées à Monrovia, la capitale.

Un adolescent de 15 ans est mort au Liberia des suites de son infection par le virus Ebola. Il s’agit du premier cas signalé après la proclamation officielle de la fin de l’épidémie dans le pays en septembre 2015, a annoncé mardi 24 novembre le responsable de la cellule nationale de crise contre Ebola, le Dr Francis Karteh. Deux membres de sa famille également testés positifs au virus ont été placés en observation au centre de traitement ELWA 2 de Monrovia, la capitale. À l’heure actuelle, 150 « cas contacts » de l’adolescentou de ses proches sont suivis pour s’assurer qu’ils n’ont pas contracté le virus, a indiqué lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui attribue la résurgence du virus à sa persistance dans les liquides corporels de certains survivants.

À noter que le Liberia avait déjà été déclaré exempt de contagion une première fois en mai 2015. Mais l’épidémie était réapparue six semaines plus tard, avant d’être à nouveau déclarée terminée en septembre 2015. Une persistance qui fait craindre que la maladie ne devienne endémique de la région.

La règle des 42 jours insuffisante ?

La fin de l’épidémie avait pourtant été déclarée par l’OMS après le délais préconisé de 42 jours sans détection de nouveau cas. En effet, par sécurité, l’OMS estime qu’un pays est déclaré exempt de la maladie 42 jours – soit deux fois la durée maximale d’incubation de la maladie – après le dernier cas connu. Pourquoi ?

Prenons le cas d’une personne infectée chez qui les symptômes de la maladie – et donc son caractère contagieux – ne se déclarent qu’au bout de la période maximale d’incubation (21 jours). Dans ce cas, la surveillance épidémiologique ne peut détecter ce malade qu’au 22e jour, au mieux. À ce moment-là, ce malade isolé peut déjà avoir contaminé une ou plusieurs personnes qui elles-mêmes pourraient, en théorie, ne développer la maladie et devenir contagieuses que 21 jours plus tard. Manifestement, cette règle ne suffit pas face à l’ampleur de l’épidémie d’Afrique de l’Ouest.

Une des hypothèses pour expliquer cette réapparition inattendue du virus pourrait être la possibilité d’une transmission sexuelle à partir d’une personne guérie. En effet, le nombre important de survivants à cette épidémie sans précédent a montré que des particules virales infectieuses peuvent persister plusieurs mois dans le sperme des survivants. D’autres organes peuvent aussi devenir un réservoir du virus dormant comme le cerveau, les yeux voire l’oreille interne comme l’expliquait le Dr Sylvain Baize dans une récente interview.

Un coup dur pour l’Afrique de l’Ouest

Ce nouveau décès confirmé au Liberia est un coup dur à plus forte raison que l’Afrique de l’Ouest se réjouissait mardi 17 novembre 2015 de la guérison du dernier malade d’Ebola connu dans cette région (en Guinée) très durement touchée ces deux dernières années. L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest (essentiellement en Guinée, au Liberia, en Sierra Leone) est la plus grave depuis l’identification du virus en Afrique centrale en 1976. Elle a fait 11.300 morts sur un total de près de 29.000 personnes contaminées depuis décembre 2013. Le Liberia a enregistré au total 10.600 cas qui ont provoqué 4.808 décès. La quasi-totalité des cas mortels ont été enregistrés en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée. La Sierra Leone quant à elle a célébré la fin de l’épidémie début novembre.

sciencesetavenir

Publicité
1 Commentaire

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.